Les modes d’analyse de l’entreprise

4.9 / 5 ( 17 votes )

Chapitre 1 – Les modes d’analyse de l’entreprise

Le problème économique fondamental provient de ce que l’être humain a des besoins à satisfaire et que les biens et services nécessaires pour y parvenir ne leurs sont pas fournis directement par la nature d’où la nécessité de produire ces biens et service par la combinaison des ressources rares. En ce sens, l’entreprise devient le noyau dur et le moteur de l’économie.

« L’entreprise est une organisation combinant du capital et des compétences dont le but est en général la rémunération la plus satisfaisante possible ; cette organisation est animée par une équipe dirigeante qui, avec plus ou moins d’autonomie, définit sa stratégie, coordonne ses activités ; elle fournit des biens et des services dans un environnement donné ».

Principal acteur de la vie des affaires, l’entreprise est un agent économique qui participe à la vie sociale et politique du pays. C’est une unité de production et décision qui utilise et rémunère capital et travail pour produire et vendre sur différents marchés des biens ou des services afin de réaliser un profit et d’assurer ainsi sa pérennité. Son objectif principal est de satisfaire les besoins et désirs des consommateurs pour réaliser ensuite un bénéfice aussi élevé que possible.

L’entreprise est donc une cellule économique spécialisée dans la production des biens et services, échangés sur des marchés, en vue de satisfaire les besoins de consommateur.

1- L’entreprise : unité de production de biens et de valeur

A- Le constat

L’entreprise utilise des facteurs de production qu’elle combine pour obtenir un produit ou rendre un service, elle supporte des coûts correspondants à la rémunération des facteurs utilisés, qui doivent être compensés par les recettes résultant de sa production. Une entreprise doit nécessairement produire une valeur excédant ses coûts.

Ainsi, on peut distinguer entre quatre facteurs de production :

  • « La terre » : les ressources naturelles, c’est-à-dire la terre elle-même, le sous- sol, la mer … ;
  • « Le travail » : les ressources humaines, déterminées par la taille de la population, son niveau d’éducation et les contraintes institutionnelles (âge légal, durée hebdomadaire, … ;
  • – « Le capital » : biens eux-mêmes issus du processus de production (bâtiments, machine) utiles à la production d’autres outputs.
  • « La ressource entrepreneuriale » : c’est la démarche risquée consistant à engager et pérenniser un projet productif pariant sur l’existence de débouchés.

Pour mieux expliquer ce schéma, on fait référence au constat important : la production est l’opération à la base de tout. Sans production, pas de revenus à distribuer, pas de consommation. On peut ainsi résumer le processus de production:

B- Deux classifications possibles des producteurs entreprises :

  • Selon que les biens et services sont marchands ou non marchands :
  • Biens et services marchands : produits par les entreprises (sociétés non financières, sociétés financières (banque, assurance) et par les entreprises individuelles.
  • Biens et services non marchands : produits par les administrations publiques.
  • Par secteurs d’activités :
  • Primaire (agriculture, sylviculture, pêche)
  • Secondaire (industries) :
  • Industries extractives (mines, carrières)
  • Industries transformatrices (auto, papier, verre, agro-alimentaire, chimie,…) Construction (bâtiments, travaux publics)
  • Tertiaire (services) :
  • Distribution (commerce, transport, communications (ex : poste))
  • Services aux ménages et aux entreprises (banques, assurances, agences immobilières,…)
  • Hôtellerie, loisir, tourisme
  • Administration, recherche, enseignement
  • Santé et action sociale.

Dans cette optique, l’entreprise en tant qu’unité de production doit assumer deux fonctions fondamentales :

  • 3-La fonction de production :

C’est-à-dire la combinaison des facteurs production pour obtenir des biens et de valeur. À cet égard, il faut distinguer entre la production de l’entreprise et sa valeur ajoutée.

La production est l’ensemble des biens et services fabriqués par l’entreprise alors que la valeur ajoutée (VA) est égale à la production moins les consommations externes (intermédiaires) c- à -d les biens et les services déjà produits par d’autres entreprises.

Plus fondamentalement, on distingue entre production et consommation intermédiaire ;

  • – La production (P):
  • – correspond à la création de nouveaux biens et services ;
  • – elle est marchande ou non marchande ;
  • – elle a plusieurs destinations : consommation intermédiaire, consommation finale, consommation publique, investissement, exportation…
  • – Consommation intermédiaire (CI) :

Elle correspond à l’ensemble des biens et services transformés ou détruits par le processus de production ; elle :

  • – ne concerne que les entreprises et les administrations publiques ;

ex : énergie, matières premières, produits semi-finis (ex : farine pour la boulangerie, acier pour la construction automobile).

VA = Production – consommations intermédiaires

  • 4-La fonction d’innovation :

C’est-à-dire le renouvellement de la combinaison productive des produits. Avec l’évolution technologique et économique, les produits de l’entreprise peuvent être affectés par l’obsolescence (dépassement technologique) ce qui mis en cause sa survie d’où la nécessité d’innover, d’assumer la créativité (lancement de nouveaux produits, développement d’une nouvelle gamme, nouveau emballage…etc.)

2- L’entreprise : unité de production de revenus

La vente de la production génère des recettes qui sont distribuées sous forme de revenus ; on distingue entre :

  • Revenus primaires : qui résultent d’une contribution à la production. En conséquence, un agent qui ne contribue pas à la production (ex : un retraité) n’a pas de revenu primaire. Ils sont constitués des :
  • Revenus du travail (salaires, traitements,…)
  • Revenus de la propriété de l’entreprise (loyers, dividendes pour les actionnaires, revenus des entrepreneurs individuels,…)
  • Opérations de redistribution qui :
  • Se font via les transferts
  • Ceux-ci ne résultent pas d’une contribution à la production, contrairement aux revenus primaires. Par nature, ils sont sans contrepartie!

Exemples : impôts, cotisations sociales, subventions aux entreprises, allocations de chômage.

  • Revenu disponible : c’est le revenu primaire (d’un agent), augmenté des transferts reçus et diminué des transferts payés.

En ce sens, la contrepartie monétaire de la production de l’entreprise, constitué des recettes qu’elle retire de ses ventes sur le marché. Ces recettes ne restent pas dans l’entreprise, mais elles sont réparties entre divers acteurs économiques :

  • Le personnel : sous forme des salaires
  • L’administration : (État & sécurité sociale) sous forme d’impôts et de cotisations.
  • Les banques : sous forme des intérêts des emprunts
  • Les apporteurs de capitaux (actionnaires, associés) sous forme des dividendes versés. Ces apporteurs partagent l’excédent brut d’exploitation
  • L’entreprise elle-même : sous forme des réserves

Les étapes de la répartition des revenus dans l’entreprise sont les suivantes:

La répartition des revenus crées par la production entre ces trois catégories obéit à des règles différents fixées par la loi ou dans le cadre d’un contrat.

Par ailleurs, l’entreprise a aussi une mission sociale.

Commentaires (0)
Ajouter un commentaire