fbpx

Les critères de classification des entreprises

Les critères de classification des entreprises : Chaque entreprise constitue une réalité originale qui se distingue des autres. Ce pendant des traits communs permettent de regrouper des entreprises en catégorie homogène sur la base d’un ou plusieurs critères.

L’observation de la réalité économique nous permet de constater la diversité des dimensions des entreprises allant du plus petit atelier à la grande entreprise. Néanmoins, la notion de dimension d’une entreprise n’est pas un concept simple du fait de l’instance d’un grand nombre d’indicateurs de dimension. On retient les plus importants à savoir :

1- L’effectif du personnel employé

Le nombre de personnes qui travaillent dans l’entreprise. On peut prendre comme exemple (ce n’est pas une norme).

Petit entrepriseMoyenne entrepriseGrande entreprise
Entre 1 et 9 personnesEntre 10 et 500 personnesPlus de 500 personnes

2- Le chiffre d’affaire réalisé

Il est égal à : CA = quantité vendue × P.U

En fait, les ventes réalisées peuvent constituées un indicateur déterminant de la taille de l’entreprise.

3- La valeur ajoutée :

V.A = Production offerte – consommation intermédiaire

La production offerte c’est la production réalisée et vendue par l’entreprise sur le marché de la consommation intermédiaire représente les achats de biens que l’entreprise détruit effectivement mais à des fins productives et non pour satisfaire directement les besoins humains.

La V.A sert à déterminer l’apport effectif d’une entreprise à l’économie. En effet c’est la somme des V.A des différentes entreprises qui donnent le produit intérieur brut (PIB) PIB = ΣV.A

Les entreprises modifiées souvent leurs tailles en faisant appel aux opérations de concentration.

La concentration

La concentration est un processus économique général consistant dans l’augmentation régulière de la dimension des entreprises d’une économie.

Les entreprises peuvent d’abord procéder à des concentrations techniques, c’est le cas par exemple d’une entreprise qui regroupe plusieurs établissements de production (usine, atelier…) en une seule unité de production afin de profiter des économies d’échelle (la baisse du coût de produit grâce à l’augmentation des quantités produites).

La concentration peut aussi caractérisée deux entreprises, c’est le cas du regroupement de deux ou plusieurs entreprises qui étaient auparavant indépendantes juridiquement.

Il s’agit d’une concentration financière dont les modalités peuvent être la fusion (les entreprises A et B disparaissent en donnant naissance à l’entreprise C) ou bien d’absorption (l’entreprise A passe sous le contrôle de l’entreprise B).

On distingue généralement trois types de concentration :

  • Concentration horizontale – Elle réunit les entreprises fabriquant le même produit ou situées à un même stade du processus de production. Elle permet de réaliser les économies d’échelle et d’accroître le pouvoir de négociation face au partenaire extérieur.
  • Concentration verticale – Elle regroupe des entreprises situées à des stades complémentaires d’un processus de production (appartenant à la même filière). Il s’agit alors d’une intégration verticale destinée à garantir la sécurité des approvisionnements ou à déterminer les coûts d’achat des produits intermédiaires.
  • Concentration conglomérale – Elle regroupe dans un conglomérat des entreprises ayant des activités totalement différentes afin de diversifier les placements financiers : les profits de certaines activités peuvent alors compenser les pertes des autres

Le mouvement de concentration des entreprises donne naissance à ce qu’on appelle « les groupes d’entreprises ».

Le groupe est donc un ensemble de sociétés reliées financièrement entre elles et dépendant d’un même centre de décision (société mère).

Les sociétés détenues majoritairement par la société-mère s’appelle filiale.

La société-mère assure la direction du groupe qui poursuit généralement un objectif commun aux sociétés qui en fait parti.

Lorsque la société-mère n’a pas d’activité productive propre, et elle se contente de détenir et de gérer ces participations dans d’autres sociétés, on parle d’un holding.

Un holding est donc société qui ne produit pas mais qui détient des participations dans le capital d’autres sociétés afin d’en contrôler et orienter l’activité.

Exemple simplifié d’un groupe :

 

vous pourriez aussi aimer

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More