fbpx

L’entreprise centre de décision

L’activité et l’évolution de l’entreprise sont la conséquence des décisions prise à une date donnée, qui engageant l’avenir et déterminent les performances.

La décision peut être définie comme l’intention d’agir en vue de réaliser des objectifs par la mobilisation de moyens.

En plus, dans toute entreprise, se prennent régulièrement des décisions qui vont conditionner et orienter son avenir. Il y a ainsi :

  • Des décisions de financement (exemple : augmentation du capital),
  • Des décisions d’investissement (exemple: automatisation d’une industrie),
  • Ou encore des décisions d’exploitation (exemple: achat, vente et le suivi des stocks).

En général, ces décisions ne sont pas autonomes (elles sont en effet limitées par les contraintes du marché, de la concurrence et de la législation). Elles n’ont pas la même importance, ni la même portée. En outre, il faut distinguer les décisions exceptionnelles des décisions répétitives.

La tâche principale de l’équipe dirigeante ou du leader étant de prendre des décisions.

Le pouvoir de décisions est différent selon la typologie de l’entreprise .Il peut être entre les mains d’une seul personne (cas de la petite et moyenne entreprise) ou d’un groupe de personne (cas de la grande entreprise). En d’autres termes, les principales décisions de l’entreprise sont demeurées entre les mains des fondateurs de la firme et de leurs familles, qui détenaient la majorité des actions.

Étant donné que l’entreprise est un centre autonome de décisions cela ne signifie pas qu’elle est libre dans son choix.

La prise de décisions repose généralement sur l’information détenue par le décideur. En fonction des paramètres présentés, cette information peut être quantitative ou qualitative.

1- Paramètres identifiables et quantifiables :

Lorsque les paramètres sont peu nombreux, identifiables et quantifiables, il devient possible d’élaborer un modèle de prise de décisions.

Tout problème est alors soumis à une série d’opérations successives exécutées dans un ordre précis et sous certaines conditions. Ces décisions sont en général routinières, simples et répétitives.

Il s’agit dans ce cas précis de décisions programmables (exemple d’un manuel de fonctionnement d’une machine ou d’une notice en cas de panne).

2- Paramètres nombreux et qualitatifs :

Lorsque les paramètres de la décision sont nombreux et qualitatifs, il est relativement difficile d’élaborer une procédure standard de décisions. Ces dernières, souvent imprévisibles, sont dites non programmables et doivent être réglées au coup par coup.

En se basant sur ces critères, Ansoff (1965), établit une distinction entre les décisions stratégiques, tactiques et opérationnelles :

  • La décision stratégique, concerne les relations de l’entreprise avec le milieu économique et, porte essentiellement sur des choix de marché et de produits ;
  • La décision tactique, est relative à la gestion des ressources à travers la recherche d’une allocation optimale, exemple croissance interne ou externe.
  • La décision opérationnelle, porte sur l’exploitation courante de l’entreprise telle que l’établissement des budgets, gestion des stocks….

Ces décisions ne sont pas indépendantes, mais hiérarchisées. Les décisions opérationnelles qui sont les plus nombreuses, concrétisent les décisions tactiques, issues elles-mêmes des décisions stratégiques. Voici, une pyramide qui représente les principales décisions d’une entreprise.

Les types de décision
Figure 1 : les types de décision

La prise de décisions est un processus enchaîné en plusieurs étapes:

processus de la prise de décisions
Figure 2 : Processus de la prise de décisions

Au total une bonne décision est une décision :

  • Effective : non fictive
  • Réalisable : se réalise dans la vie de l’entreprise
  • Constructive : apporte un surplus à l’entreprise

vous pourriez aussi aimer